Roger

Gaston vient voir sa femme chaque mardi, Janine vit dans un monde irréel qui n'est plus le notre, elle sourit et parle dans un vide total, elle raconte des histoires sans sens pour nous et semble parfois perturbée par ses mots et ses gestes, elle nous regarde sans nous voir, ne nous répond pas, mais elle pense dans un langage sans nom et sans forme.
Gaston lui parle, elle le regarde a peine, il n'existe pas pour elle a ce moment. Elle tourne enfin la tete, le regarde profondément, ils ne bougent plus, savourant cet instant, ils n'entendent plus rien, ils ne voient plus personne , ils se regardent , se parlent en silence, les yeux de l'un et de l'autre se brouillent, ils s'accrochent l'un a l'autre,encore un peu, un instant seulement, une larme coule des yeux de Janine, elle est vivante, avec lui , sortie du brouillard, du néant, la fenetre s'est ouverte un instant, l'embellie...