Maladie ou Handicap

La vieillesse n'est pas une maladie c’est une étape de la vie avec ses forces et ses faiblesses, la prise en charge ne doit donc pas s’apparenter à une prise en charge médicale, la vieillesse entraîne des handicaps et des incapacités qui sont dues a l’age et en fait a une usure naturelle de l’organisme, la médecine prend en charge les pathologies que l'on rencontre dans la vieillesse comme a tout age, une femme peut être âgée, en fauteuil roulant, mais en bonne santé sans pathologie particulière, la médecine ne lui apportera rien dans la prise en charge.

Le personnel vient travailler chez le résident, chaque résident est chez lui, et non pas le contraire ou le résident vivrait dans un lieu qu’il ne lui appartient pas ; a partir de ce principe essentiel, le résident garde toute sa liberté au sein de la structure et le personnel doit s’adapter à cette liberté et pas le contraire, rien n’est imposé et tout est négocié si nécessaire.

La maladie d'Alzheimer s'apparente plus a un handicap qu'à une vraie pathologie, une pathologie a l'origine inconnue, un traitement inefficace, un avenir incertain, on en meurt pas vraiment, le handicap entraîne des incapacités le personnel est la pour pallier à ces difficultés.

L'habitude remplace la mémoire, toutes les activités visent à retrouver ou à recréer des habitudes afin de compenser la perte de la mémoire.

Redonner un sens à la vie, redonner de l’estime de soi ; se sentir utile en fonction de ses capacités, être regardé et être envisagé comme quelqu'un qui a un futur, un avenir.

Il ny a pas de fatalité, rien n’est écrit à l’avance, tout est possible, même vivre.

Partant des principes que la pensée n’a pas de rides que la personne âgée ne s’est pas arrêtée de vivre en 1950, qu’aujourd’hui en 2007 nos anciens sont vivants et doivent donc être intégrés pleinement à notre époque, qu’une personne âgée peut être amenée à vivre 20 ans en maison de retraite, qu’à 80 ans ont a encore des envies et des envies d’avoir du plaisir, qu’à 80 ans ont a encore la capacité d’apprendre des choses, d’avoir accès à la culture, qu’à 80 ans ont a le droit d’avoir le même confort de vie qu’à 30, que la vieillesse n’est pas une maladie mais une étape de la vie comme l’enfance ou l’adolescence avec ses joies, ses peines et ses difficultés, ses craintes. Selon ces principes fondamentaux il faut composer avec la normitude qui tend à se faire ressembler nos établissements, mêmes fauteuils, mêmes chaises qu’on empile, mêmes couleurs. Peu à peu on a médicalisé la vieillesse voir psychiatrisé, tout comportement sortant de normitude devenant dément, le sacro saint médical a pris le pouvoir des actes, le pouvoir des esprits, les métiers de service ont peu a peu étés remplacés par des métiers soignants , la priorité n’est plus vraiment dans la cuisine ou dans l’animation le service hôtelier, oubliant alors que la dépendance n’est pas une maladie mais une incapacité à faire certaines choses, ce qui n’empêche pas d’avoir envie de vivre, sans blouse blanche, bien manger, s’amuser.

J'ai quel age dit sidette à sa fille, 79, ah oui !! Je suis veille alors, je vais bientôt mourir alors, je ne veux pas moi, je suis bien ici.