Une Philosophie

La philosophie d’intervention du projet repose sur 7 grands principes :

- Malgré les atteintes intellectuelles importantes, la personne affectée par la maladie demeure en relation affective avec son entourage. Elle doit donc avoir la possibilité d’établir des relations stables et de confiance avec les gens qui l’entourent et se sentir acceptée et utile afin de vivre un sentiment de satisfaction à travers des interactions sociales.

- Toutes les interventions doivent viser le maintien de l’autonomie et de l’estime de soi, dans un contexte qui s’apparente à un milieu chaleureux, d’être accompagnée dans ses activités quotidiennes et de se sentir valorisée dans ce qu’elle fait, tout cela favorise la diminution de l’anxiété engendrée par la maladie et aide la personne à développer son potentiel.

- Les liens de la personne avec son entourage doivent être respectés et l’implication de la famille dans le quotidien de la maison doit être favorisée.

- Le respect du rythme, de la dignité, et de la réalité de la personne est prioritaire. L’acceptation et l’intégration d’une réalité qui ne correspond pas aux normes établies nous obligent à mettre de côté nos propres références et nos besoins personnels pour pouvoir comprendre et satisfaire ceux de la personne.

- Plus la compétence de la personne diminue, plus elle est affectée par un environnement nocif, un aménagement environnemental adapté peut produire une amélioration considérable dans le comportement d’une personne ayant des habiletés diminuées. L’environnement est conçu en fonction des lacunes de la personne. Cet environnement appelé « prothétique » doit être accompagné d’une structure organisationnelle et de programmes d’interventions appropriées.

- L’évolution de la personne dépend en grande partie, de la façon dont on la regarde, l’envisage, la perçoit. Il est possible de trouver les moyens et les interventions qui vont favoriser l’épanouissement de la personne et lui donner le droit d’espérer un avenir qui vaille la peine d’être vécu.

- Qu’il soit dément ou non, toute personne garde sa valeur.